Boutique Biologiquement.comCe piment rouge pourrait mettre fin au cancer du sein

  Posté par capsaicine.bio       1 commentaire
[Total : 10    Moyenne : 3.4/5]

Avez-vous déjà mordu dans du piment bio ? Soit vous aimez, soit vous détestez, n’est-ce pas ? Eh bien, voici une bonne raison de l’aimer. Les scientifiques disent maintenant que le composé actif qui donne leur pointe épicée aux piments bio de Cayenne, jalapenos, habaneros et autres provoque l’autodestruction des cellules cancéreuses.

Le composé épicé peut prévenir la croissance des cellules du cancer du sein

Il y a de bonnes chances que vous connaissiez quelqu’un qui a été affecté par un cancer du sein… et avec de bonnes raisons. L’Organisation Mondiale de la Santé dit que le cancer du sein est le type de cancer le plus courant chez les femmes, à la fois dans les pays développés et en voie de développement. Et le Centers for Disease Controls and Prevention (CDC) rapporte qu’aux États-Unis il y a eu 230 815 femmes et 2109 hommes à qui on a diagnostiqué un cancer du sein en 2013 (le chiffre le plus récent disponible). À moins de trouver un traitement, malheureusement, le CDC s’attend à ce que les chiffres augmentent considérablement d’ici 2020. Aux États-Unis, on s’attend à ce que le cancer du sein augmente de quasiment 20% chez les femmes. Ceci est épidémique, c’est pourquoi cette recherche est si importante.

Les recherches portant sur les effets de la saveur et de l’arôme sur les cellules tumorales ont conduit les scientifiques allemands à la capsaïcine bio. Il s’agit du composé actif épicé qu’on trouve dans les piments bio. La capsaïcine bio peut désormais offrir un nouvel espoir dans le traitement du cancer du sein. Une équipe de recherche menée par le Dr Habil Hanns Hatt et le Dr Lea Weber de la Ruhr-University Bochum ont conduits des expériences sur un type de cancer du sein particulièrement agressif.

La capsaïcine bio a fonctionné sur un cancer du sein triple négatif

Le cancer du sein est classifié par la présence ou l’absence de trois récepteurs connus pour encourager la diffusion des cellules cancéreuses. Ces récepteurs sont l’œstrogène, la progestérone et le récepteur 2 (HER2). Les cancers du sein qui testent positifs pour le HER2 répondent généralement bien aux traitements habituels. Les cancers qui testent positifs pour le récepteur de l’œstrogène indiquent que les cellules cancéreuses, comme les cellules normales du sein, peuvent recevoir des signaux des œstrogènes. Les cancers positifs aux récepteurs de la progestérone indiquent que les cellules cancéreuses peuvent recevoir des signaux de la progestérone.

En gros deux cancers du sein sur trois testent positifs aux récepteurs hormonaux. Si les cellules du cancer du sein ont des récepteurs hormonaux, alors la thérapie hormonale pourrait aider à ralentir ou même à arrêter leur croissance, déclare BreastCancer.org. Toutefois, si le cancer est négatif pour les trois récepteurs (ou cancer du sein triple négatif) la thérapie hormonale ne va probablement pas marcher. La chimiothérapie devient la seule option de traitement disponible.

L’étude, publiée dans le journal Breast Cancer – Targets and Therapy, a traité des échantillons de cellules du cancer du sein humain avec de la capsaïcine bio. Selon le Dr Weber, la capsaïcine bio est capable d’induire une apoptose (mort cellulaire) et d’inhiber la croissance des cellules cancéreuses dans de nombreux types différents de cancers. Par exemple, la capsaïcine bio a ciblé les cellules des cancers de l’ostéosarcome, du côlon et du pancréas tandis que les cellules normales sont restées indemnes.

La Capsaïcine contenu dans le piment bio est un anti cancer naturel puissant comme le feuille de graviola corossol
La Capsaïcine contenu dans le piment bio est un anti cancer naturel puissant comme le feuille de graviola corossol

Comment la capsaïcine bio détruit les cellules cancéreuses

Quand le composé épicé atteint une cellule cancéreuse, il s’attache aux bords de la cellule (connus sous le nom de membrane cellulaire) et active un récepteur cellulaire appelé TRPV1. Le récepteur TRPV1 est un canal qui contrôle quelles substances (comme le calcium et le sodium) entrent et sortent de la cellule cancéreuse. Des chercheurs ont découvert que quand le récepteur TRPV1 était activé par la capsaïcine bio, la cellule cancéreuse passait en suractivité et commençait à s’autodétruire. Ainsi, les cellules cancéreuses se divisaient plus lentement.

En plus, le traitement faisait que les cellules cancéreuses mourraient en grandes quantités, et que les cellules survivantes ne bougeaient plus aussi rapidement qu’auparavant. Cela impliquait que la capacité des cellules cancéreuses à former des métastases dans le corps était entravée. Malheureusement, manger ou inhaler de la capsaïcine est insuffisant, dit le Dr Hatt. Par conséquent, activer le récepteur TRPV1 avec des médicaments spécifiques pourrait constituer une nouvelle approche de traitement contre les cancers agressifs.

Au-delà de la recherche sur le cancer, la capsaïcine bio a été intégrée à de nombreuses études et a prouvé qu’elle était bénéfique contre une diversité de troubles. Ceux-ci incluent :

Douleur et inflammation

Une étude de 2013 publiée dans African Health Sciences a découvert que la capsaïcine bio produisait à la fois des effets analgésiques et anti-inflammatoires chez les animaux. Ces effets étaient comparables à l’utilisation de diclofénac, un médicament anti-inflammatoire non-stéroïdien.

Douleur de l’arthrose

La capsaïcine bio, appliquée localement, sous forme de gel ou de patch, est maintenant une option traitement reconnue contre la douleur due à l’arthrose, d’après l’Arthritis Foundation. Elle fonctionne en diminuant la quantité d’un neurotransmetteur appelé substance P qui envoie des messages de douleur au cerveau. Au début, cela peut causer une brûlure ou un picotement quand la substance P est libérée puis qu’elle s’appauvrit. Mais, pour éviter que la substance P ne s’accumule encore, on doit l’utiliser régulièrement.

Cholestérol élevé

En 2012, des scientifiques ont rapporté que les piments bio étaient un aliment bon pour le cœur avec le potentiel de protéger contre la cause numéro 1 de mort dans les pays développés. Le rapport faisait partie de la 243ème Réunion et Exposition Nationale de l’American Chemical Society. Des recherches précédentes ont suggéré qu’assaisonner les aliments avec du piment bio abaissait la tension artérielle, réduisait le taux de cholestérol dans le sang et diminuait la formation de dangereux caillots sanguins, dit le Dr Zhen-Yu Chen qui présentait l’étude. Maintenant les chercheurs ont une image plus claire et plus détaillée des effets de la capsaïcine bio.

Les chercheurs ont découvert que la capsaïcine bio était liée à la réduction du cholestérol et à une baisse du taux de « mauvais » cholestérol LDL (qui se dépose dans les vaisseaux sanguins). Toutefois, elle n’affectait pas le taux de « bon » cholestérol HDL. Il a également été découvert que les capsaïcinoïdes bloquaient l’activité d’un gène qui produit du cyclooxygenase-2. Il s’agit d’une substance qui contracte les muscles autour des vaisseaux sanguins. En le bloquant, les muscles peuvent se détendre et s’élargir, permettant ainsi à plus de sang de circuler.

Congestion

Une étude de 2015 publiée par Cochrane a rapporté que la respiration générale par le nez chez les patients avec une rhinite non-allergique connaissait une amélioration lorsqu’elle était traitée avec de la capsaïcine bio comparé à un placebo. En fait, la capsaïcine bio semble aussi mieux fonctionner que les autres types courants de médicaments pour le nez, y compris les stéroïdes.

Faible immunité

Une étude publiée dans le The BMJ suggérait que les « participants qui mangeaient des aliments épicés quasiment tous les jours avaient 14% moins de risque de mourir prématurément comparé à ceux qui consommaient des aliments épicés moins d’une fois par semaine. En fait, la consommation fréquente était aussi associée à un risque plus faible de de mourir du cancer ainsi que d’une cardiopathie ischémique et d’une maladie du système respiratoire. Et apparemment, c’était plus évident chez les femmes que chez les hommes.

Peut-être que c’est pour ça qu’Hillary Clinton aime ses piments bio jalapeno. « J’ai lu un article sur les caractéristiques spécifiques de stimulant immunitaire des piments bio, et j’ai pensé, eh bien, que c’est intéressant parce que, vous savez, faire campagne est assez éprouvant », a déclaré Clinton à National Public Radio.

Graisse viscérale

La graisse viscérale est cet excès de graisse « profonde » intra-abdominale qui est stockée plus profondément sous la peau que la graisse sous-cutanée du ventre, d’après le Dr Josh Axe. C’est une graisse gélatineuse qui recouvre en fait les principaux organes, dont le foie, le pancréas et les reins. C’est pourquoi elle est particulièrement dangereuse.

Et ce n’est pas parce que vous n’avez pas un ventre bedonnant que vous n’avez pas de la graisse abdominale. N’importe qui peut avoir de la graisse viscérale, souvent sans même le savoir. L’obésité viscérale contribue au développement de troubles liés à l’obésité dont le diabète, l’hyperlipidémie, la stéatose hépatique et les maladies cardio-vasculaires.

Des recherches de l’Université d’Ulsan en Corée ont étudié l’effet d’applications locales de capsaïcine bio pour réduire l’accumulation de tissu viscéral. L’étude suggérait qu’appliquer localement de la capsaïcine bio sur des souris obèses limitait l’accumulation de graisse dans l’abdomen. Les chercheurs ont également découvert que les applications locales pouvaient réduire l’inflammation et accroitre la sensibilité à l’insuline.

Donc, il semble qu’un peu de piment bio peut vraiment faire beaucoup de bien à votre corps. Gardez à l’esprit que pour certains, la capsaïcine bio peut causer des troubles digestifs, en particulier chez ceux qui n’ont pas l’habitude d’en manger. Pour résumer, si vous aimez vos piments bio et que vous aimeriez tirer parti des avantages pour la santé, foncez.

Une pensée sur “Ce piment rouge pourrait mettre fin au cancer du sein”

  1. Effectivement suite à ma rechute du cancer du sein traité par chimiothérapie, j’ai voulu tester avec les produits naturels, et surtout pour ne pas avoir les effets secondaires encore une fois de chimiothérapie qui me détruisait le corps, je me suis traitée avec la capsaïcine associé avec la feuille de Graviola et les amandes amères d’abricot, et je suis maintenant sorti d’affaire en 3 mois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *